Épave du Jan Breydel

Jansen Recycling Group a démantelé l’épave du Jan Breydel en 2013. Un défi, car l’épave se trouvait au fond de la mer depuis plus de 25 ans.

Le 29 mars 1985, le navire de pêche belge « Jan Breydel » est entré en collision avec le porte-conteneurs philippin « Arabian Express ». Plus de 25 ans plus tard, le navire intact se trouvait encore au fond de la mer du Nord, dans la région de Noord Hinder, près de Zélande. Plusieurs routes maritimes se rencontrent dans cette zone. Comme les navires de mer deviennent de plus en plus gros et profonds, Rijkswaterstaat (Ponts et Chaussées) a dû récupérer un certain nombre d’épaves. Un travail pour Boskalis. Le démontage a eu lieu chez Jansen Recycling Group à Koggehaven à Vlaardingen.

Défis à relever

L’état dans lequel se trouvait l’épave n’était pas clair. Les spécifications de la cargaison n’étaient pas complètes et il y avait des risques supplémentaires. Comme la présence de batteries, de carburant, d’huiles, de boues polluées et éventuellement d’amiante. Le démantèlement du navire dans le respect de l’environnement et de la sécurité était donc un défi de taille, une exigence importante du Rijkswaterstaat. Les parties concernées devaient veiller à ce que les risques soient gérables et à ce que le démantèlement s’effectue de manière adéquate. Nous avons étayé ces garanties dans un plan d’action détaillé. Le Rijkswaterstaat a été étroitement associé au processus de démantèlement, de même que l’inspection du travail et la police portuaire. Une pression supplémentaire donc pour les employés et les chefs de projet.

Préparation au démantèlement

Après l’approbation du plan d’action, nous avons préparé le chántier. Nous avons installé les grues et le matériel d’incendie au bon endroit et avons doté l’installation de pompage d’une capacité supplémentaire. Nous avons réuni l’équipe et tenu un débriefing. Nous avons discuté, entre autres, de la classification sur le terrain, des règles de sécurité, des règles sur les substances dangereuses pour l’environnement et de la procédure d’urgence.

Mise en œuvre

À son arrivée, l’épave semblait plus lourde que prévu. Le hissage de l’épave comportait de nombreux risques. C’est pourquoi nous avons opté pour le démontage sur le ponton. Le démantèlement lui-même a été un défi, mais il a été couronné de succès et sans incident.

Comment pouvons-nous vous aider ?

Appelez-nous au +31 78 652 26 33

Envoyez un message WhatsApp

Envoyez un message email